menu
 
     
 
Contre Oeil DVD
Contre-Oeil

Anthologie 3 DVD de films expérimentaux et art vidéo canadiens et québécois.

détails

oleary-dvd oleary
Étienne O'Leary : films 1966-1968

ICPCE présente l'anthologie dvd de l'oeuvre filmique du cinéaste québécois Étienne O'Leary.


détails
Solomon Nagler nagler
Cinéma des ruines : les films de Solomon Nagler

ICPCE présente l'anthologie dvd des courts métrages de l'artiste canadien Solomon Nagler.

détails


Étienne O'Leary : films 1966-1968

oleary-dvd

ICPCE présente l'anthologie dvd de l'oeuvre filmique du cinéaste québécois Étienne O'Leary.

L'édition dvd comprends l'ensemble du travail cinématographique d'Étienne O'Leary. Figure de proue de l'underground et initiateur d'un nouveau language cinématographique, les images évanescentes et incandescentes du cinéma de O'Leary ont été tournées à Paris dans l'effervecance de la deuxième moitié des années soixante. Y apparaissent de nombreux acolytes lumineux tel Pierre Clémenti, Jean-Pierre Bouyxou et Pierre Molinier.


ICPCE presents the dvd anthology of the film works of Québec filmmaker Étienne O'Leary.

The dvd edition contains the complete film works of Étienne O'Leary. Pillar of the underground and initiator of a new film language, Étienne O' Leary shoot his films in the effervescence of a Paris reaching May 68. The evanescent and incandescent images of O' Leary films shows us many compatriots such as Pierre Clémenti, Jean-Pierre Bouyxou and Pierre Molinier appearing under dazzling lights.

Day Tripper / Le voyageur diurne
(1966, n&b, 16mm, 9 min)

Homeo (aka Homeo : Minor Death : Coming back from goin' home)
(1967, couleurs, 16mm, 38 min)

Chromo Sud
(1968, couleurs, 16mm, 21 min)

oleary01 oleary02
oleary03 oleary04
oleary05 oleary06
oleary08
oleary09 oleary10
oleary11 oleary12

Le cinéma d’Étienne O’Leary peut facilement être perçu comme une source d’informations documentaires sur l’époque, mais ce serait là manqué l’essentiel. Il s’agit avant tout d’un travail totalement libre, élaboré à partir d’une résistance aux codes du cinéma narratif et d’une subversion de l’univers du film expérimental. C’est une des incarnations les plus convaincantes de la caméra-stylo tel que la concevait Alexandre Astruc.

O’leary filmait constamment et partout, aussi bien dans les espaces publics que privés, glanant ou cultivant les images qui s’y trouvaient, sans qu’à aucun moment la technique cinématographique devienne une embuche à l’élaboration de sa poétisation du monde. Ce cinéma extrêmement personnel, qui n’emprunte pas la forme courante du journal filmé, pas plus qu’il n’a recours aux habituels thèmes du cinéma autobiographique, ne repose jamais sur une simple vision instantanée.

Il est le fruit d’une captation de parcelles de vécu selon un mode qui rappelle les carnets de notes des écrivains ou le sketch book des artistes plasticiens. Pourtant, cet exercice a très peu à voir avec la pochade des peintres, qui n’est qu’une étape permettant l’exécution dans un temps et un espace autre. Chez O’Leary, le travail de filmage correspond à une volonté de rendre le monde abstrait en tirant profit de la surimpression pour en traduire toute la complexité, les entrelacements et les constantes mutations.

Images touffues, donnant l’impression qu’elles refusent de se révéler tant elle sont denses, leur organisation se fait directement dans la caméra, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne s’articulent pas selon les lois du montage, mais qu’elles en font l’économie physique. C’est bien d’un montage abstrait, un véritable choc des idées, que l’on retrouve dans ces films. Dès lors, on comprend mieux pourquoi O’Leary affirmait qu’Eisenstein était le cinéaste qui l’a le plus influencé.

Si l’on retrouve la même sensation d’accumulation, de superposition de couches, sur la bande son de ses films, son travail y est pourtant fort différent. Ici aussi la captation se fait à la volée, mais le mixage se structure ailleurs, en un autre temps. O’Leary élabore des paysages sonores qui déstabilisent par leur consistante brute et directe, jouant avec les ruptures de rythmes et d’ambiances, les musiques repiquées (Day Tripper des Beatles dans la version de Nancy Sinatra par exemple) et les musiques improvisées. On y ressent l’ivresse des rencontres sonores, reconduites grâce à ces collages créatifs obligeant à écarquiller les oreilles.

Les films d’Étienne O’Leary sont non seulement des cristallisations d’un flux de perception, de conscience, qu’il faudrait mettre en lien avec les discours prônant l’ouverture d’esprit (au sens mystique, il va sans dire), mais aussi des déclencheurs d’expériences. Jean-Pierre Bouyxou rapporte qu’Étienne « définissait son cinéma comme cinéma psychédélique. » On pourrait tout aussi évoquer une sorte d’Acid Cinéma, comme on dit Acid Rock, pour qualifier cette musique permettant l’ouverture de l’esprit propice aux voyages vers des horizons trop peu fréquentés.

Les trois films réunis sur le DVD constituent la totalité des œuvres terminées d’Étienne O’Leary. Ils ont en commun, outre leur esthétique, de s’articuler autour du déplacement. On y voyage beaucoup, au propre comme au figuré. Leurs titres même inscrivent à la fois l’idée de la mobilité et de la (dés)orientation : Day tripper / Voyageur diurne ; Homéo : Minor Death etc. Coming back From Going Home ; Chromo sud. Ce cinéma nomade, qui est aussi un cinéma revendiquant sa déterritorialisation, son excentricité, sa marginalité, vise par son éloge de la mise en mouvement à permettre à ceux qui s’y adonne de passer de ce qui est réellement perçu à ce qui est encore indiscernable, mais dont nous avons néanmoins une vague intuition. Une forme de tapis volant magique en quelque sorte.

-----------------------------

liens externes

« C'est toujours neuf » entretien avec Étienne O'Leary

Pélerinage dans les souterrains avec Jean-Pierre Bouyxou : Détournements & pornocratie

Métro (Sans goldwyn ni Mayer) pour l'underground

 

dvdoleary003
dvdoleary002
dvdoleary001


 

 
  COPYRIGHT © ICPCE 2016  
DVD / PUBLICATIONS PROJECTIONS / PERFORMANCES FILM TOUR / VERS L'EST CATALOGUE / ORDER MANDAT / ABOUT CONTACT INTRO